Embedded weblog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - présentation

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, avril 13 2010

RTS10: journée spéciale Linux Embarqué

Après cinq années de visite de ce salon, et pour cette sixième fois, j'ai été conférencier. Francis Mantes m'avait entretenu l'année dernière de sa volonté de monter une sorte d'atelier thématique autour de l'OS libre embarqué. Revu à la baisse, le projet s'est concrétisé en une journée de conférence complète consacrée au sujet, organisée par l'incontournable François Gautier. J'en avais ici-même fait la publicité. Battage aussi par mail qui n'aura pas donné grand chose, ai-je bien eu l'impression, mais ce ne fut pas bien grave : si l'on se disait que les 215 inscrits une semaine avant l'événement ne viendraient pas tous, force a été de constater que le public a été très nombreux. Et il n'est pas même improbable qu'une partie ait abandonné l'idée de s'arrêter pour s'asseoir : car cela était tout bonnement impossible à une trentaine de personnes ! À la louche : entre 80 et 90 "spectateurs". Debout contre les fines parois, au fond, sur les côtés, on s'arrange comme on peut. Dans le public, je reconnais même un collègue et mon ancien responsable commercial de ma précédente boîte !

Pourtant, l'affichage de l'événement n'était pas bien clair : déclaré deux fois (en réalité pour différencier le matin de l'après-midi), avec des intitulés similaires, bien du monde n'avait compris que les contenus seraient différents. En réalité, il y avait donc le matin Colin WALLS pour MENTOR GRAPHICS, Guillaume CHAUSSIN pour WIND RIVER et Pierre FICHEUX pour OPENWIDE ; tandis que l'après-midi ne faisait figurer que Pierre (again) et (enfin) votre serviteur pour LINAGORA (on l'aura deviné). Nicolas NAVET, de l'INRIA, n'ayant en réalité animé que l'après-midi, le matin étant assuré par François GAUTIER.

Colin Walls est très américanisé dans sa présentation corporate : avec son polo, il nous donne une vue d'ensemble très haute sur Andoid, avec des briques de couleur très jolies ; Guillaume Chaussin est pour sa part très francisé, avec son costard-cravate il nous donne un autre vue très haute sur Android. Là où ça devient amusant, c'est que le public posant à peu près les mêmes questions pour l'un et l'autre, à 45 minutes d'intervalle, le discours est tout différent : sur l'usage de RAM (et donc le dimensionnement nécessaire qui en découle), sur la possibilité de détourner la libc pour en faire du "natif" (comprendre du binaire à partir de code C), bref tout ce qui peut intéresser la vie réelle. Questions pertinentes aussi sur la "certification" Google, qui ressemble fortement au business model Apple (avec son iPhone) : l'accès au vivier d'applications (qui fait beaucoup, sinon toute, de la valeur ajoutée) n'est disponible que si la déclaration de compatibilité est statuée ; imaginons un appareil qui dispose de hardware (une webcam, par exemple) nécessitant quelques hooks, nous voilà privé du tampon. Je trouve que pour du libre, c'est compréhensible d'un point de vue industriel, mais ça craint dans l'absolu. Ceci me conforte dans mon idée : j'attendrai MeeGo (c'est cher, un smartphone, avez-vous remarqué ?). Toujours est-il que le succès d'Android est manifestement fulgurant (mais les entraves plaisent au monde industriel, je pense qu'il y a une fonction psychologique de masochisme latent, un jour j'écrirai un mémoire de socio dessus, promis -- enfin, si j'ai le temps).

Je me disais que l'après-midi, personne ne viendrai. Après tout, la présentation de Pierre le matin, sur Qemu, afin de tester sur la plate-forme de développement un système cible (le userspace, en fait, mais justement Pierre a fait pour nous un détour par le kernelspace : OpenWide -- enfin, OS4i, la branche pour l'embarqué -- a utilisé Qemu pour supporter un vieux système faisant appel à du matériellement deprecated pour une couche de virtualisation bien maligne), aurait pu satisfaire les aspirations techniques de l'auditoire. Que nenni : ce fut plus geek, plus roots, plus avide de bas niveau et de goût du silicium. Un public tellement nombreux qu'il y en avait assis dans la travée centrale, d'autres ayant même détourné des sièges pour les ramener sur le côté. Juste impressionnant.

Pierre Ficheux a donc montré l'étendu de son savoir-faire en matière de présentation (mais pas en matière de schématisation ! :)  Il faut lui proposer un DIF pour manier Inkscape, je ne vois que ça), en enchaînant coup sur coup "Comment accélérer le temps de boot d’un Linux" (trucs et astuces au programme) puis "Comment déboguer le cœur Linux" (en l'occurrence avec kgdb et kdb). Qu'il me soit permis de remercier Pierre : il a introduit admirablement bien ma conférence, soit volontairement (avec des "cf conférence suivante par Gilles Blanc" explicites), soit... involontairement, avec le bricolage de debug ou la phrase qui m'a fait bien rire : débugguer en assembleur le kernel Linux, c'est la galère la plus totale. Ce qui est fort vrai, preuve en a été donnée par ma personne juste ensuite.  :)

Il m'a donc non seulement été donné de mener ma première conférence à RTS, mais en plus de le faire après Pierre, ce qui est un grand honneur : la dernière conférence sur Linux embarqué à laquelle j'avais assisté le faisait figurer en bonne place, c'était il en 2007 ce me semble, j'étais tout jeune et dans l'assistance, mais n'en avais pas moins envie de franchir la table des conférenciers. Hasard du sort, mon sujet s'est donc porté sur de l'ultra-geek (tandis qu'habituellement, en conférence, je donne exactement le contraire : état des lieux du marché, stratégie de mise en place de Linux, pertinence, etc, le tout pour un large public) : comment utiliser le câble J-Tag du pauvre (sinon, on parlerait de "sonde") pour débugger sur le pouce un Linux récalcitrant, et ce dès le démarrage (c'est-à-dire que l'on n'a même pas de log en console, ou une console inopérante, et peut-être pas même encore de MMU).

Mes lecteurs depuis les débuts (ou presque) de ce blog auront sans doute reconnu mon aventure de 2008, que j'avais conté en deux parties. En version simplifiée sur slides, ça donne du burlesque, et je suis fier de vous annoncer que seulement une quinzaine de personnes ont abandonné en cours de route. Denis Bodor, rédacteur en chef de GNU/Linux Magazine France (dont le dernier numéro hors série sur les systèmes embarqués est excellent -- à ce propos, Pierre a reçu un mail de remerciement pour son article sur Buildroot, qui a sauvé des vies : pourquoi ne reçois-je rien dans ce genre, moi, hein ?), et qui a du fond de la salle assisté à ma présentation, m'a révélé que plusieurs personnes se disaient entre elles que dans la vraie vie, c'est souvent comme ça que ça se terminait. Avec la méthode scout. D'ailleurs, à la fin de ma conférence (et donc de la journée spéciale Linux embarqué), après ma démonstration (qui a marché du premier coup !) consistant à "rediriger" les logs, normalement envoyés sur le port série, sur la console gdb via le J-Tag, un petit groupe d'intéressés s'est formé, et entre ceux qui dessoudent au briquet et ceux qui soudent du FPGA à l'étain, on s'est retrouvés un peu bête. On trouve toujours pire que soit (surtout chez les hardeux).

Mais revoilà que je suis trop long (quoique cette fois-ci, comme on m'a beaucoup pressé, j'ai terminé à l'heure !). Voici donc les slides : bonne (re)lecture !

mardi, mars 23 2010

Conférence RTS2010 : Journée spéciale « Linux embarqué »

Mercredi prochain (31 mars) aura lieu toute la journée sur le salon RTS une série de conférences sur le thème de Linux embarqué. Thème qui m'est cher, comme vous le savez bien. Le modérateur sera l'habituel François Gauthier, qui a communiqué le programme exact hier (outre le fait que 215 personnes sont déjà inscrites !) :

Linux est devenu au fil des ans un système d’exploitation incontournable dans l’embarqué. Et il ne cesse d’évoluer, notamment à travers la notion de plates formes, comme Android, pour les appareils portables ou Genivi pour l’automobile. Le matin les exposés porteront sur les ambitions de ces plates forme logiciel en Open Source, basées sur Linux, et l’après midi sur les méthodes de débogage et d’analyse de Linux pour l’embarqué.

Matin (10h-12h30) :
“Android, Linux and Real-time Development for Embedded Systems”, par Colin WALLS, Mentor Graphics
“Accélérer et innover avec Android”, par Sebastien Lalaurette, Wind River
“Le simulateur Qemu et le projet couverture”, par Pierre FICHEUX, Openwide

Après-midi (14h-16h30) :
Tutorial Linux pour l’embarqué, par Pierre FICHEUX Open Wide
    _ Part I : Comment accélérer le temps de boot d’un Linux
    _ Part II : Comment déboguer le cœur Linux
“Utilisation de gdb et OpenOCD (logiciel de gestion J-TAG libre) dans le cadre du débogage bas niveau du kernel lors de la phase d'initialisation”, par Gilles BLANC, Linagora.

Vous l'aurez remarqué, j'interviendrai en dernier, et honneur m'est fait de succéder à Pierre Ficheux. Cependant, ma présentation ne sera certainement pas sur le même ton, mais plutôt une plongée technophile dans le coeur de Linux, avec peu de moyens et beaucoup de courage : ce sera une reprise d'un développement que j'ai effectué en 2008, et relaté ici-même. La présentation devrait durer 45 minutes environ, et si le Dieu des Pingouins sera clément, il devrait y avoir une démo (très impressionnante, avec des effets pyrotechniques, et qui donnera lieu à... l'obtention d'un shell).

jeudi, novembre 12 2009

conférence Paris8, deuxième

Pile poil un an après ma conférence à Paris 8, me revoilà au même lieu, toujours sous le regard d'Isis Truck, et celui d'une assemblée assez nombreuse et hétéroclite. Début de conférence retardé pour cause de câble manquant (ma faute, c'était dans mon sac, en plus...) et de projo à aller chercher à l'autre bout de St-Denis l'université, j'aurai tout de même bien parlé deux bonnes heures, ce qui me fait penser que je devrais peut-être songer à une version "light" -- pas gagné. Voici en tout cas les slides de la conférence Paris 8 2009 remis à jour (c'est-à-dire sans coquille).

Encore une fois, je remercie l'équipe de Paris 8 pour m'avoir si sympathiquement accueilli.

jeudi, octobre 15 2009

conférence April/Eyrolles : le debrief

La conférence April/Eyrolles de samedi dernier a finalement été bien remplie en un temps record (on peut l'avouer, maintenant : il n'y avait aucun inscrit le samedi précédent !), grâce à une politique d'annonce active -- notamment sur Toolinux, merci au patron. Entre quarante et cinquante personnes, à la louche (je n'ai pas eu de stat' officielle), un bon tiers d'amphi rempli en tout cas. Il paraît que c'était très bien, avec une durée de deux heures au lieu d'une annoncée -- non, les compliments n'étaient pas obligatoires pour accéder à la buvette. Ravi aussi de la présence d'un ancien chef de projet, et de personnes qui avaient déjà assisté à ma conf' Parinux très similaire, ou même à mon cours complet à l'INSIA : au moins, on sait qu'on est apprécié, pour se faire ainsi des redif'.

Comme promis, voici donc conférence April/Eyrolles, mises à jour pour éliminer les deux ou trois coquilles trouvées. Jean-Luc Ancey de Parinux a aussi capté l'ensemble de la conférence, à l'exception des cinq premières minutes -- mais c'est bien connu, ce qui compte, ce sont les cinq dernières. Problème, je ne sais pour l'instant pas où l'uploader, je mettrai à jour ce billet dès qu'une solution convenable sera trouvée.

Pour finir, si je suis désolé pour la démonstration abandonnée (faute de câble RS232 femelle-femelle : après une bataille de trois heures à en trouver un, pas de bol, il ne marchait pas...), même si de toute façon on aurait manqué de temps (il fallait rendre l'amphi), vous pourrez vous référer aux deux billets de présentation du matos et de portage de Linux sur ce blog. Vous avez aussi le droit de lire le reste, après tout -- notamment les comptes-rendus de RTS 09 et des assises franco-allemandes de l'embarqué, puisque j'y ai fait allusion.

Je remercie évidemment la librairie Eyrolles et l'April pour l'organisation (même si c'était bénévole, faudrait pas que ça devienne une habitude, le libre n'est pas gratuit !  :)  ), notamment Eva Mathieu de l'April qui a même été imprimer des flyers de bibliographie, avec une page web de CR sur le site de l'asso.


PS: après écoute rapide du fichier de J-L, je tiens à m'excuser :
   * de bouffer des mots de temps en temps (mais je me soigne)
   * de dire "bein" et "bah" trop souvent
   * auprès des Indiens et des développeurs Java    (en fait, non)

mercredi, septembre 23 2009

conférence Eyrolles à venir

      Oyez oyez,

samedi 10 octobre 2009 aura lieu à 15h une conférence de votre serviteur sur le thème "Linux Embarqué", pour le compte de l'APRIL, sur hébergement d'Eyrolles. L'annonce complète se trouve sur l'APRIL. Attention, une erreur s'est glissée : c'est bien à l'ENSTP, qui prête son grand amphi, juste au dessus de la librairie Eyrolles de St-Germain (métro Maubert-Mutualité) qu'il faudra se rendre.

Réservation : conferences@eyrolles.com, tél. 01 44 41 11 31, ou à la librairie.

Évidemment, c'est galère, ce qui expliquerait peut-être qu'il y a aussi peu de personnes qui se sont déjà ainsi dénoncées (ou peut-être que cette remarque ne concernait que le premier de volet de conf' du 3 octobre, en concurrence avec l'OpenSource machin de la cité des sciences, ce qui n'est pas bien heureux). Mais essayez de le faire tout de même. Du moins, si vous souhaitez m'entendre.


update: attention, l'adresse d'inscription est "conference@eyrolles.com", sans "s" à "conference", et il vraiment, vraiment important de s'y inscrire, quitte à préciser que l'on n'est pas à 100% sûr de venir.

jeudi, décembre 18 2008

conférence Paris8 (mais cette fois, ce n'était pas moi)

Non, c'était Pierre Gronlier, un plus-que-fort bon ami de mes années d'étude à l'EPITA, qui après avoir brillamment obtenu son diplôme spécialisé dans le logiciel embarqué et temps-réel (je précise, parce qu'on était classé au même niveau, donc je m'envoie indirectement des fleurs), a continué très originalement sur un master à l'ENS Cachan. Spécialité : le traitement de l'image. Tout un programme !

Coopté lors de ma propre conférence auprès de la gente Isis Truck -- qu'il est toujours un plaisir de revoir --, je peux me targuer d'avoir aussi recommandé Basile Starynkevitch pour le 26 janvier prochain, comme quoi je devrais penser à me reconvertir en agence (ça dépendra de mon EAD, hum :D ) ; en revanche, je ne suis pour rien dans la programmation de Loïc Dachary du 2 février suivant, mais le monde est décidément petit. Ce qui est certain, c'est que pour une première expérience, ce fut fort bon. La conférence a porté sur le codage vidéo (et non l'encodage, pensons aux apparatchik de l'orthographe françoise, même si la subtilité est tellement subtile que...), car Pierre travaille pour Actimagine. Le lien avec l'embarqué est évident : le but premier est de permettre une décompression vidéo de leur propre format, Mobiclip, équivalent en qualité au h264, sur des appareils déjà en circulation et non prévus pour (CPU pas assez puissant et GPU absent), ou disposant de peu de batterie : téléphones, consoles vidéos, etc. Bon, c'est pas libre, mais franchement, la démonstration est assez bluffante pour ne pas dire que ça pue, à moins d'être malhonnête (et puis, il y a aussi des choses pas libres qui puaient, et qui une fois libérés sentent toujours fort, Java par exemple, et le reconnaître vous empêche d'être qualifié d'ayatollah du libre, alors...). En revanche, aussi excellent soit le produit, il serait bien de penser à une version Linux autre que celle de l'ami Pierre sur son PC. Bref...

Pierre a parlé d'à peu près tout, et de fait ça a duré : après avoir galéré sur la ligne 13 et être arrivé à 18h20 (18h00 en prévision, c'est tôt, mais bon...), la présentation a terminé bien après 20h00 (une bouteille entière d'une célèbre boisson désaltérante fut sacrifiée). Différences de format de câbles, d'affichage, de codecs, subtilités afférentes au codage vidéo -- le gamma et ses histoires ubuesques, entre autres héritages-boulets que l'on traîne toujours --, on aura même parlé de la perception visuelle avec une plongée dans notre capteur oculaire portatif (qui peut cependant aussi servir à la drague). Comme les slides sont disponibles, il est inutile de s'étendre.

Mais louons tout de même cette forte introduction-et-plus à ce sujet plus passionnant que ça en a l'air de prime abord (quoique les cours de traitement de l'image n'étaient pas mes préférés, j'ai toujours préféré les manchots en boîte), et surtout que l'on peut être amené à croiser un jour ou l'autre : outre la petite digression dans l'échec de la DVB-H en France (et il se trouve que j'ai bossé sur l'implantation de la DVB-SH : mais en l'occurrence, le simulateur de communication satellite avec le récepteur-retransmetteur terrestre), la partie sur la transmission télévisuelle m'aura rappelé mon passage dans les services de Philips l'année dernière (aujourd'hui racheté par Pace), où j'ai dû ingurgité dans le métro les bases du métier, avec le très bon ouvrage maison (on y parle beaucoup d'OpenTV, de fait, qui comme l'indique son nom est très fermé -- c'est ce qui fait tourner C+, par exemple). Alors il est toujours bon, pour sa culture, de savoir de quoi l'on parle. Surtout lorsque les STB, les télés, les lecteurs DVD et j'en passe migrent tous peu à peu sous Linux (et même les retransmetteurs de DVB-SH, donc...).

J'invite donc tout un chacun à découvrir les 10Mo de slides de Pierre, que je peux encore remercier au passage.

mardi, novembre 11 2008

conférence Paris8

Dans le cadre des conférences menées au sein du département d'informatique de l'Université Paris 8 (Master professionnel Informatique des Métiers et des Applications), j'ai pu mener auprès des étudiants de Master (et notamment les M2 spécialisés en Informatique et Systèmes Embarqués), une conférence sur Linux embarqué. Sujet qui recouvre toujours plus que Linux mais le libre en général, même si notre kernel favori constitue évidemment l'essentiel du sujet. Voici donc les slides sous licence libre FDL, au format OpenOffice.org (3,2mo) et au format pdf (1mo). J'ai aussi effectué une démonstration avec la carte SBC2440, dont on trouvera des détails par là.

Je tiens à chaleureusement remercier Isis Truck pour avoir organisé cette rencontre avec un public nombreux (une quarantaine ou cinquantaine d'étudiants, dirais-je). La séance de questions fut assez brève, mais il est tout à fait possible d'en poser ici-même en commentaire. Mon attention a été attirée sur QNX, microkernel (Neutrino) et système d'exploitation complet certes très connu (de nom du moins) dans le milieu industriel, mais pas si répandu que cela, du moins pas autant qu'il ne devrait l'être si l'on considère ses performances objectives ; après avoir pris connaissance de la licence prise de tête pour une utilisation non-commerciale, je pense qu'il ne faut pas chercher plus loin l'explication du succès de Linux sur QNX, pourtant présent sur le marché depuis le début des années 80, et ayant commencé à s'ouvrir trop tardivement, après la montée en puissance constatée de Linux (virage qu'ont dû aussi prendre WindRiver ou LynuxWorks, ce dernier ayant changé de nom pour l'occasion en ajoutant un "y").

C'est ainsi qu'encore une fois, malgré les incertitudes qui règnent dans les esprits à son sujet, la licence GNU/GPL se montre supérieure : le même constat peut en effet être observé avec le système BSD, longtemps tout à fait meilleur que Linux sur tous les points, mais qui n'arriva jamais à percer, malgré plus de 10 ans (si ce n'est 15) d'avance dans le développement. Aussi, le micronoyau L4, projet universitaire lancé en 99 et dont la version 1.0 date de 2003, a déjà été récupéré plusieurs fois, notamment par l'équipe d'OpenKernel-Labs pour OKL4, le projet de paravirtualisation temps-réel pour l'embarqué courroné de succès. Son secret ? L4, outre qu'il est intelligemment et efficacement conçu, est sous GNU/GPLv2 (additionné d'une licence commerciale, comme Qt) depuis son lancement, tout simplement.

vendredi, juillet 11 2008

J-TAG sous Linux

C'est un peu mon fil rouge ces temps-ci. Une sonde ICE/J-TAG, c'est le bien, c'est même très nécessaire dès que l'on veut toucher à de l'embarqué. Mais c'est toujours un bordel innommable avec les fournisseurs de cartes de dev, et ensuite pour la faire marcher, ça ressemble souvent à de la technique Vaudou (notamment le passage de l'initialisation, savoir parler couramment l'hexadécimal est plus appréciable, à initialiser des registres à la main). Du coup, le non-connaisseur peut rapidement vous regarder étrangement lorsque vous lui expliquez l'inextricable situation dans laquelle vous êtes fourrés, pour des bouts de câbles qui coutent quand même parfois un bras (maintenant, ça dépend de ce que l'on veut, ça part de 500€, pour culminer à quelques dizaines de milliers d'Euros).

Au détour d'une recherche, je tombe sur ces slides de la conférence de Mike Anderson sur l'utilisation du J-Tag sous Linux, et plus largement du debug kernel, donnée au Consumer Electronics Linux Forum (CELF) de Santa Clara. Morceaux choisis :

When the hardware folks say the board works, what does that mean ?
   -> Frequently, it simply means that the magic blue smoke doesn't escape the chips when they powered it up
The assertion that the board works is often based on simulating the board
   -> Errors in the manufacturing process, board layout bugs, bad solder joints, etc. will come into play as you start testing

Having the reference board allows you to test how the board should work for comparison to yours

Les slides sont très didactiques (y compris pour quelqu'un qui n'y connaît pas grand chose), pleines d'humour vis-à-vis de cette relation étrange avec les gars de l'électronique (ces informaticiens ratés :D ) et surtout fort complètes (comment débugger un module au J-TAG, par exemple). A lire !

jeudi, juillet 3 2008

mini-conf

J'ai décidé de monter le google rank de ce blog pour la recherche "linux embarqué" au plus haut niveau  :). Je ne suis déjà à titre personnel pas trop loin, puisque ma conférence de janvier dernier pour Parinux est franchement très bien classée en 4ème position. Reste à battre les habituels Ficheux (enfin, Eyrolles pour être exact) et autres Kadionik (qui blogue aussi), mais ça ne devrait pas prendre trop de temps, en renommant cette section "linux embarqué", par exemple  ;).

Voici donc les slides de ma conférence, annoncée en son temps sur linuxfr, et en bonus, les mêmes slides en version keynote plus jolie. Bonne lecture !