Embedded weblog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, janvier 20 2011

inepties du web

Je me demande comment la RATP arrive à ne pas rediriger "ratp.fr" vers "www.ratp.fr". Même moi j'y arrive sur mon site web, ce n'est qu'une pauvre directive Apache ! De la même manière, j'ai essayé d'accéder au site web de la banque en ligne ING : "ing-direct.com" n'est pas déposé, il faut bien rentrer "ing-direct.fr" ! Et ce genre de cas, pour l'un comme l'autre, n'est pas rare. C'est à se demander à quoi pensent les prestataires informatiques ! (surtout à une époque où l'on se rend enfin compte que le système d'URL est un non-sens pour l'utilisateur lambda, avec une ambiguïté accrue depuis que Firefox a mis en place un raccourci vers Google "j'ai de la chance" dans sa barre d'adresse)

Pour rappel, Linagora fait aussi (et presque surtout, ces temps-ci) du Web : je vous promets (d'autant que ça ne m'engage à rien, en tant que membre d'une équipe totalement disjointe du LinStudio) de fouetter personnellement mes gentils collègues s'il s'avère qu'ils ont mis en place un site ficelé à moitié de la sorte.

Parce qu'avant même de penser beau et pratique (déjà, quand ça y pense... Il faut voir le site web de l'opéra de Paris pour comprendre comment on peut flamber quelques centaines de milliers d'Euros pour rien...), il faut déjà penser à ce que ce soit... accessible !

Le bon sens : je devrais mettre ça en qualité première distinctive sur mon CV, tiens (avant l'orthographe).



PS: il doit être vendredi dans une partie du monde, je m'arroge donc le droit de troller par anticipation

vendredi, mars 5 2010

le vendredi c'est permis

The $5 Guerrilla User Test est un article proprement hilarant mais on ne peut plus sérieux : il expose une manière simple de tester ses créations logicielles sans avoir à embaucher un crétin, ou quelqu'un qui "pense crétin" afin de rendre le programme "idiot-proof" "user-proof". L'idée de base est qu'en réalité, l'utilisateur n'est pas stupide, il est juste distrait en permanence, et ne porte pas attention à ce qu'il fait (OK, il y en a qui sont vraiment stupides, mais gardons foi en l'humanité -- c'est notre vivier de clientèle potentielle après tout). Embaucher un fonctionnel pensant stupide n'est donc pas la bonne solution : la seule chose que cela va créer, c'est une interface ultra-simplifiée qui ne fera pas ce qui est attendu, et deviendra à terme une insulte à l'intelligence (ça me rappelle...). En revanche, le "$5 guerrilla user test" propose d'aller voir de vrais gens de tous les jours, mais dans un état entre la concentration et la distraction.

Pour cela, il suffit d'aller dans le bar d'en face (pour nous : le Washington ou le Bowler ; faudra se re-renseigner après le déménagement), et d'aller vers la bonne personne qui semble ouverte pour tester le logiciel (l'article propose tout un tas d'astuce pour repérer les bonnes personnes -- personnellement j'aurais plutôt tendance à aller vers la gent féminine, mais je n'aime pas beaucoup les blondes), pour lui proposer une bière en l'échange du test (d'où les 5$ -- notez que la bière vient en récompense après, logique, ce qui implique de choisir une personne déjà "installée"). La technique d'approche est aussi longuement exposée (retours d'expérience en commentaires, aussi). Les résultats sont paraît-il exceptionnels. À quand des sessions de Linshare ou d'OBM dans les bars ? (on pourrait installer une distributeur de bières sur le stand de solution Linux, sinon... Je suis sûr d'emporter l'adhésion de beaucoup de geeks linagoriens)


disclaimer: l'auteur de ce billet ne boit que du lait fraise ; à consommer avec modération, l'abus de génie logiciel est mauvais pour la santé

update 10 minutes plus tard: on me fait déjà remarquer qu'en France, surtout à Paris, ce serait plutôt autour de 8€ le test (le cours de la bière est bien supérieur)

lundi, mars 23 2009

un troll peut cacher bien des vérités

Cela faisait longtemps que je n'avais point trouvé sujet à troll, et même si ce n'est pas vendredi, voici un billet sur une pile d'appel Java pour le moins... impressionnante. Même en ruby, on ne fait pas mieux, même si c'est déjà beaucoup. D'autant que nous ne somme pas encore dans le code de l'interpréteur. Cependant, il faut paraît-il minorer pour le Java : la pile présentée est celle "virtuelle" (correspondant aux sources), et non la "réelle" qui peut être bien plus optimisée ; on n'en demeure pas moins songeur.

Faut-il crier haro sur le Java pour autant ? (je rappelle que nous sommes sur un blog embarqué) Un ingénieur très expérimenté en informatique industrielle/embarquée (ça tombe bien) dit que non. Et il détaille très longuement. J'aurais tendance à appuyer cet argumentaire, mais constate que l'Ada est tout de même plus sympathique que le Java (même si les effets de bords y sont bien plus aisés, par exemple parser des chaînes de caractères en Ada est à la limite de la calamité). En attendant, chacun sait mon aversion pour le C (d'autant que je le maîtrise parfaitement, sinon je ne pourrais en faire état :)  ). De même, des implémentations "solidifiées" de Java se comptent au nombre de deux (au moins, il faut voir où en est Sun aussi) depuis bien des années maintenant, et je n'ai pas l'impression qu'elles suscitent un grand engoument ; on vérifiera cela sur le stand d'Aonix (qui n'hésite pas à comparer Ada et Java) au prochain salon RTS.

Vers la fin de cet argumentaire très intéresant que j'ai cité, on trouve ceci :

One of the biggest lessons I've learned in my many years of working, interviewing, and managing projects is that specific technical skills are far less important than outlook and character. Technical skills are the easiest skills to teach. They're also the skills that must be updated and replaced regularly.

Le hasard voulait que je tienne précisément le même discours fort récemment, ce week-end pour être précis. Le problème est alors l'enseignement de cette partie très importante du métier de l'ingénieur (à tel point que l'évolution de carrière tend à en faire l'unique sujet, alors que la technique "pure" disparaît du champ d'action à plus ou moins court terme) : pour moi, cette formation de l'esprit passe par du retour d'expériences à travers de la veille technologique et de l'étude de marché (mêler des cas réels à des graphes d'études), par exemple. Simplement, ça ennuie toujours les étudiants...  :)

lundi, juillet 7 2008

on a enfin trouvé une utilité à Perl !


Oh le joli cale meuble que voilà !

jeudi, juin 26 2008

First time

Mais pas first timer pour autant (chouette, l'ami dotclear, y'a vraiment des gens bizarres qui utilisent wordpress ?). Peu importe, lancement de mon nouveau blog à la mode. Mais c'est qu'on ne m'avait rien dit ! On fait des barcamps où ça ne parle pas technique (au secours !! :) ), ça décide des trucs hyper-chouettes (une plate-forme de blogs ? Un planet ? Pas tout compris à ce niveau, j'espère qu'on pourra m'éclairer, je n'ai pas trouvé non plus des archives correctes remontant à plus d'un mois), et.... bah comment ça se fait qu'on n'est pas au courant, par ici ? (je veux dire : au fin fond du couloir, à gauche, au fond encore)

Du coup, je ne sais même pas si les écrits sont publics, s'il y a une ligne éditoriale, rien rien rien (mis à part que j'ai accepté des conditions d'utilisation qui se résumaient à.... "conditions d'utilisation", me voilà bien avancé). Je ne sais pas si je peux insulter un client psychédélique (mais nooooon, ça n'existe pas voyons), si je peux parler de mon chat (ouf, j'en ai pas), ou juste traiter de la migration des manchots (libres, s'entend). On essaiera de donc de faire quelque chose de sympa et geeky -- pour être super-original.

J'ai donc pondu quatre catégories au pif : "Linagora", qui traitera de la boîte en général ; "linux", qui parlera manchot (parce que les démons de toute façon, c'est le mal) ; "bons plans", qui pourra renseigner par exemple sur les sorties culturelles à ne pas manquer (sous peine de devenir plus bête, ou de le rester, au choix) ; et finalement, "nawak", soit le garbage collector de service (on pourra y parler de démon, donc, rien n'est perdu !). A voir si d'autres catégories plus générales ("informatique", "libre", que sais-je) ne seront pas crées plus tard.

On l'aura compris peut-être déjà plus haut, ici, ça trollera. Parce que c'est le bien. Des études scientifiques ont montré les bienfaits du troll sur le fonctionnement naturel de l'organisme, c'est comme le bifidus actif, ça vide (hum, le bon goût sera aussi optionnel). Sauf si les conditions d'utilisation l'interdise, auquel cas la censure sera impitoyable, et toute personne disant du bien d'Ubuntu, de BSD, de Solaris, ou du mal de SuSE sera châtié et réduite au silence. Qui a parlé d'informatique ''libre'' ? :)